Kinshasa - RD Congo 13/12/2019:

Un enseignement qui ne forme plus

J’ai obtenu mon diplôme d’Etat avec 70 %, alors que j’ai été absent de l’école pendant six mois ! cfr. Renaitre n°13 et 14 du 31/07/2009, p.31.
Cette exclamation nous fait penser à beaucoup de choses. On peut se poser cette question. Qui évalue qui ?
Qui avait instauré le système de prise en charge des enseignants par les parents ? Qu’est-ce qu’il en pense aujourd’hui ? Pourquoi la corruption dans des écoles ?
C’est parce que les écoles sont appelées à survivre grâce à ces frais qu’un Prélat Catholique, croyant sauver le pays, l’avait proposé. C’est lui qui demanda aux enseignants grévistes de reprendre le chemin de l’école, et les parents seront contraints de payer les frais appelés Fip ou autres.
Nous référant au discours du Président du Syndicat, le 1er mai 2012, nous pouvons conclure que la Rdc, avec 90 % des chômeurs, sacrifie les enfants en exigeant aux parents des frais dépassant de loin leur revenu mensuel : minerval, frais des examens,… raison pour laquelle des milliers d’enfants ne sont pas scolarisés. Il suffit de circuler un peu partout et, vous trouverez des enfants entrain, soit de cirer les souliers, soit de vendre de l’eau, des sachets ou de bilanga, etc, ou sont tout simplement en train de déambuler.
Nos enfants sont sacrifiés au moment où ceux de certaines personnes étudient dans de bonnes conditions ailleurs.
Au secondaire !
Les enseignants n’ont plus le temps à perdre. On attend la fin de l’année pour acheter un autre bulletin, soit donner le pot de vin aux inspecteurs des exétats.
Pire encore, les résultats sont proclamés sans que les diplômes ne soient remis aux lauréats.

Quel système ?

Les finalistes sont obligés d’attendre des années et des années pour qu’ils entrent en possession de leurs diplômes d’Etat.
Au moment où nous adressons cette correspondance au journal, les lauréats de 2009 à ce jour, n’ont pas encore reçu leurs diplômes d’Etat. Or, les parents ont payé tous les frais.
Beaucoup de ministres doivent démissionner pour incompétence.
Pourquoi voulez-vous tout centraliser au moment où vous êtes incapables de signer ces diplômes et les donner à temps ?
Expressément vous le faites pour bloquer beaucoup d’enfants au pays au lieu de les libérer pour aller dans de sérieuses universités où l’encadrement se fait par des professeurs consciencieux. Faudra-t-il réformer l’enseignement congolais ?
Tenez, à l’université par exemple, les étudiants inscrits peuvent atteindre plus ou moins 1.500 par auditoire. Réfléchissons un peu.
Une seule question posée dans cet auditoire donne 1.500 réponses à corriger.
Qui est ce professeur qui corrige effectivement ces examens et en combien de temps ?
Nos enfants de la médecine en souffrent. Ils font leur stage sans professeur encadreur.
Cas vécu :
Un malade a été hospitalisé à l’hôpital Sendwe, quatre groupes d’étudiants stagiaires étaient passés dans la salle.
Le 1er groupe, après constat, avait laissé une ordonnance.
Le 2ème, le 3ème  et le 4ème posèrent le même acte. Chose drôle, les groupes qui se succédaient ne se renseignaient pas sur ce qu’il lui a été déjà administré.
Finalement, la famille se verra obligée de s’informer auprès de l’infirmière responsable pour savoir l’ordonnance qu’il fallait payer. Elle dira : laissez tomber.
C’est quelle formation ?
Tenez encore, parmi les 90% de chômeurs, il y a 70% des finalistes de l’enseignement supérieur car, le système éducatif est copie sans pouvoir l’adapter à la réalité de la Rdc. Des cas font lésion.

Qui évalue qui ?

L’Etat congolais évalue les enfants, au même moment lui aussi est évalué par ces derniers.
La médiocrité de l’enseignement est causée par l’Etat lui-même.
Si les enfants sont mal formés, c’est parce que l’Etat congolais a un mauvais système éducatif.
Il y a deux courants dans ce monde que nous vivons, notamment : le système éducatif capitaliste et le système éducatif socialiste.
Le Congolais capitaliste trouvait intelligent d’admettre aux études supérieures les enfants ayant obtenu de 60 à 100%. Ceux qui obtenaient 55 à 59% pouvaient être inscrits dans les instituts supérieurs, les autres rentraient pour donner cours aux écoles secondaires.
Quel paradoxe !
Quel enseignement pourraient-ils donner aux élèves au moment où ils ont été jugés moins doués ?
Le système éducatif socialiste est organisé d’une autre manière. C’est-à-dire les moins doués sont admis aux cours supérieurs l’avant-midi, tandis que les génies sont appelés aux services d’avant-midi et ne se rendent aux cours que l’après midi « cours par rotation ».
La réforme de l’enseignement en Rdc est importante. Le pays est en train de former pour former et non pour un but.
Le Ministre de l’Epsp doit être très gêné de ne pouvoir pas donner les diplômes d’Etat depuis 2009. Il faut payer aux enseignants un salaire et supprimer les frais scolaires qui scient les côtes des parents sans salaires.

Le GRDN

Last modified on Tuesday, 06 November 2018 19:14
Copyright © 2019 Nabii Samweli House - Tous droits réservés.