Kinshasa - RD Congo 13/12/2019:

La plaine devant le Grand Hôtel Karavia de Lubumbashi, à tondre et non à brûler pour son nettoyage

Les pluies vont assurément cesser, et bientôt, ce sera la saison sèche. Nous allons aborder là une période  favorable au feu de brousse. En cette période, les gens sont habitués à brûler la campagne. Et ce, en ville comme en brousse.
La mentalité n’a pas du tout évolué de manière positive, même à Lubumbashi. Ici aussi, on a souvent assisté à ce feu de brousse, mais en pleine ville. C’est donc absurde. Quelques fois c’est un feu allumé par de petits enfants, comme par amusement, sans se rendre compte des conséquences dramatiques éventuelles. Les petits lushois, à cet effet, en leur posant la question sur le pourquoi de cet allumage de feu ; ils peuvent répondre qu’ils sont en train de chasser des sauterelles.

Raisons
Aussi, arrive-t-il de voir l’espace en bordure de l’entrée principale de l’hôtel Karavia brûlé, pour des raisons inavouées. Rappelons que l’hôtel Karavia est situé au quartier Golf, dans la commune Lubumbashi. L’on devrait faire la part des choses. Cet espace vert, même non encore mis en valeur, le pouvoir public devrait s’en occuper en le transformant en un parc récréatif, par exemple. Cela permettre à cet endroit de garder sa beauté, car situé tout près d’un grand hôtel de standing international. Même sans en faire un parc, il faudrait néanmoins ne pas négliger de tondre ce terrain. Brûler l’espace et penser le nettoyer n’est pas logique. Nos mentalités devraient évoluer positivement avec le contexte du milieu dans lequel nous nous retrouvons. Ici, particulièrement, parce que nous sommes en ville, nous devrions réagir comme des citadins et non des villageois. Un villageois, justement, parce que  voyant la brousse envahir son village, son intuition le poussera de recourir au feu pour chasser la brousse. Même là, il n’y a pas de garantie. Plusieurs villages ont ainsi par inadvertance vu leurs maisons incendiées suite au débordement du feu allumer non pas pour faire le mal, mais peut-être avec des motifs nobles. L’année, dans le territoire de Kongolo, district du Tanganyika dans la province du Katanga, ce genre d’incidents malheureux avaient eu lieu, lorsque les habitants d’un village ont assisté impuissants devant leurs maisons qui brûlaient suite à un feu venu d’on ne sait où.

Agglomération
Golf, à Lubumbashi, est un des quartiers les plus huppés de la ville. Il est inadmissible que dans une agglomération comme le quartier Golf que l’on se retrouve couvert par un nuage de fumée au motif qu’un habitant est en train de brûler des ordures ménagères. Ce n’est pas un songer que nous sommes en train de formater. Loin de là ! C’est pourtant très courant – surtout pendant la saison sèche, et c’est la raison pour laquelle nous faisons ce plaidoyer, afin que cessent ces habitudes rétrogrades.
Golf est un quartier où se côtoient plusieurs cultures pour ne pas dire plusieurs nationalités. Il y a quelques années, à l’hôtel Karavia se tenait une tripartite regroupant les autorités provinciales de Moxico (Angola), Copper Belt ( Zambie) et Katanga(Rd Congo).

Nuage
Pendant que se déroulaient ces travaux au sommet de trois provinces de trois pays voisins, tout Golf était enveloppé d’un épais nuage de fumée flottant à raz de sol. Ce spectacle était tout simplement désolant. Mais il semble que les officiels de l’intérieur de l’hôtel ne pouvaient rien voir, et surtout parce, une fois la réunion terminée,  ils s’engouffrent dans leurs voitures fumées, cap vers leurs résidences.
Donc, il n’est pas décent de brûler la plaine verte à l’entrée de l’hôtel Karavia. Il faut la tondre. Continuer à utiliser le feu pour ce faire,  devrait être considérer comme un acte de pyromanie, et partant passible des peines judiciaires.

LND

Last modified on Tuesday, 06 November 2018 19:13
Copyright © 2019 Nabii Samweli House - Tous droits réservés.